J’ai testé pour vous (et pas trop aimé)… La recherche d’emploi

Le conditionnement dès l’enfance

Petite, mes parents me disaient de bien travailler à l’école pour ne pas finir clocharde sans argent pour manger.Au collège on me disait pareil
Au lycée on me disait d’avoir mon bac sinon je n’arriverai jamais à trouver un boulot et je ne pourrai rien faire de conséquent.
Pendant mon bac+2 on n’a pas arrêté de me dire que grâce à mon diplôme je serai recrutée hypeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer rapidement, que j’aurai une situation professionnelle enviable (et là on te donne des chiffres pas possibles, des statistiques magiques, on te dit que sur le marché du travail tu peux prétendre à un salaire de folie etc). Quand je vois encore maintenant le nombre de potes de cette époque qui galèrent…

Donc suite des études supérieures, même topo, sauf qu’ensuite tu découvres le super cercle vicieux du jeune diplômé qui ne peut pas être embauché sans un minimum de 2 ou 5 années d’expérience pour le poste auquel son cursus lui permet de prétendre.

Je ne sais pas si je dois imputer ça à la stupidité des chefs d’entreprise qui, de leur fauteuil en cuir n’ont pas capté que… roulement de tambours… pour avoir de l’expérience… roulement de tambours… il faut pouvoir d’abord commencer quelque part! Ouais, c’est tout con hein, mais chez certains c’est inconcevable. Ou peut-être qu’il faut mettre ça sur le compte d’un Alzheimer précoce et sélectif qui ne touche que les patrons, et les pauvres, ils oublient qu’ils ont été jeunes un jour.

La désillusion après la vie d’étudiant

Très vite tu oublies tes rêves de salaire de 2200€ brut dès la sortie d’université, et tu cumules les ptits trucs sans lendemain qui te permettent de faire quelque chose en attendant.Tu t’inscris au Pôle Emploi et tu en viens à envier leur place, horaires de fonctionnaire, salaire nickel, et pas besoin de beaucoup d’effort intellectuel à fournir durant les heures de travail. Eux, ils ont tout compris, ils sont haïs par la majorité des jeunes inactifs, mais ils ont la belle vie.

Les agences d’interim dépendent de leurs clients, les fameux chefs d’entreprise frappés d’amnésie.

Alors tu peaufines ton CV, encore et encore, tu te fais des lettres de motivations en masse, tu prends la peine d’écrire ces lettres plutôt que de les faire par informatique pour bien-montrer-ta-motivation-t’asvu mais les réponses sont les mêmes, lorsque tu as la chance d’avoir une réponses (bastards).

Le côté fun dans tout ça? Tu prends un rythme de vacances, t’as jamais autant dormi de ta vie! Et accessoirement, t’as du temps pour toi, tes potes, de fait ta vie sociale devrait être bien plus importante qu’elle ne l’a jamais été sauf que… t’as pas un rond. Alors les potes chômeurs deviennent tes meilleurs amis, eux ils comprennent.

J’ai pendant mes quelques mois de galère pas mal vécu de hauts et de bas, de remises en question sur mes capacités. C’est d’ailleurs assez violent de voir comment une réponse négative à une candidature te pète toute la confiance que tu as en toi. Alors qu’au fond c’est stupide, être recalé ne signifie pas qu’on est un échec, juste qu’on ne correspond pas à ce que l’entreprise souhaite, ou que tout simplement une autre personne matchait plus.

Bref, j’ai toujours essayé de positiver la dessus (FAUX!) en me rappelant que finalement, c’est pas plus mal, dans le sens où je vois énormément de gens qui ne sont pas épanouis dans leur milieu professionnel, les reconversions sont risquées, mais chez certains elles sont plus que nécessaires, je dirais vitales.
Le pus réconfortant pendant cette période a été mon compagnon, entre sa confiance absolue en toi qui te donne envie de chialer d’amour et qui te fout encore plus la pression et la peur de le décevoir, tes potes qui adorent se foutre de toi « TU VIS AUX CROCHETS DE L’ETAT PARASITE DE MERDE » qui reste mieux que la compassion (sisi, celle qui te donne l’impression d’être une sous merde), tes parents qui te disent qu’ils sont trop fiers de toi et qui te rappellent qu’on vit dans une époque vraiment mouvementée, avec un taux de chômage exorbitant, te balancent des arguments qui sont pas forcément rassurants « yen a qui ont bac+12 et ils galèrent! » ou « maintenant le mieux c’est de privilégier des études courtes style bac pro ça te permet de trouver plus vite, genre plombier! Ca gagne bien et on en a toujours besoin! »

Mais bon, ils sont là, et c’est cool.

 

L’appel de l’entretien

Le premier te fout une pêche de malade. Et une pression monstre. Forcément, ça signifie que tu es considéré comme apte à occuper le poste pour lequel tu candidates, que t’as passé la première sélection, mais que tu dois encore te soumettre à un entretien et que t’as intérêt à assurer.

Tu accumules donc dans tes favoris les sites type http://www.jeveuxreussirmonentretien.com et t’apprends les 10 erreurs à ne pas commettre lors de ton entretien, tu t’inventes 3 qualités 3 défauts, tu cherches un truc intéressant à dire à la question « quels sont vos hobbies? », tu changes de tenue vestimentaire 6 fois avant de partir en te disant « CA LFAIT PAS JSUIS MOOOOCHE » et j’en passe.

Passé l’entretien, tu te bouffes les questions de tes proches sur la manière dont s’est passé l’entretien,

« il a dit quoi? »
« il souriait? »
« t’as la réponse quand? »
« t’as bien répondu aux questions? »
« tu te tenais droite hein? »

et j’en passe -___-‘

Au final, j’ai du envoyer près d’une centaine de candidatures, pour seulement une petite dizaine d’entretiens, avant d’avoir le fameux retour positif tant attendu.

J’ai eu donc l’opportunité de trouver un poste qui me convenait, mais qui à cause d’une sacrée distance géographique entre mon domicile et mon lieu de travail est devenu trop difficile à gérer. Donc le stress de repasser par l’horrible période de recherche a été intense mais court. J’ai enfin trouvé le poste qu’il me fallait, pas loin et encore plus ouf que le précédent. La vie finit par me sourire, mais elle me fait surtout comprendre qu’on finit toujours par retomber sur ses pattes, et qu’on a tous commencé en ramant, l’essentiel étant de ne pas stagner, et de persévérer.

Je vous quitte donc sur ce morceau qui peut aussi être vie comme une petite morale de l’histoire 😉

3 réflexions sur “J’ai testé pour vous (et pas trop aimé)… La recherche d’emploi

  1. Petit air de vécu, de l’extérieur: j’ai reçu quelques candidatures pour un poste de commercial que cherchait ma boîte et pas une ne contenait de fautes d’orthographe, mais pas des petites fautes d’inattention, non, des bijoux du style « de bonne conditions de travaille » (j’invente pas!). Donc, à côté, ne serait-ce que ton talent pour écrire et jouer avec les mots rajoute +100 à ta candidature, sans oublier ton air sympathique ^^
    Bravo pour avoir trouver le job idéal en tout cas 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s