J’ai testé pour vous (et pas trop aimé)… La recherche d’emploi

Le conditionnement dès l’enfance

Petite, mes parents me disaient de bien travailler à l’école pour ne pas finir clocharde sans argent pour manger.Au collège on me disait pareil
Au lycée on me disait d’avoir mon bac sinon je n’arriverai jamais à trouver un boulot et je ne pourrai rien faire de conséquent.
Pendant mon bac+2 on n’a pas arrêté de me dire que grâce à mon diplôme je serai recrutée hypeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer rapidement, que j’aurai une situation professionnelle enviable (et là on te donne des chiffres pas possibles, des statistiques magiques, on te dit que sur le marché du travail tu peux prétendre à un salaire de folie etc). Quand je vois encore maintenant le nombre de potes de cette époque qui galèrent…

Donc suite des études supérieures, même topo, sauf qu’ensuite tu découvres le super cercle vicieux du jeune diplômé qui ne peut pas être embauché sans un minimum de 2 ou 5 années d’expérience pour le poste auquel son cursus lui permet de prétendre.

Je ne sais pas si je dois imputer ça à la stupidité des chefs d’entreprise qui, de leur fauteuil en cuir n’ont pas capté que… roulement de tambours… pour avoir de l’expérience… roulement de tambours… il faut pouvoir d’abord commencer quelque part! Ouais, c’est tout con hein, mais chez certains c’est inconcevable. Ou peut-être qu’il faut mettre ça sur le compte d’un Alzheimer précoce et sélectif qui ne touche que les patrons, et les pauvres, ils oublient qu’ils ont été jeunes un jour.

La désillusion après la vie d’étudiant

Très vite tu oublies tes rêves de salaire de 2200€ brut dès la sortie d’université, et tu cumules les ptits trucs sans lendemain qui te permettent de faire quelque chose en attendant.Tu t’inscris au Pôle Emploi et tu en viens à envier leur place, horaires de fonctionnaire, salaire nickel, et pas besoin de beaucoup d’effort intellectuel à fournir durant les heures de travail. Eux, ils ont tout compris, ils sont haïs par la majorité des jeunes inactifs, mais ils ont la belle vie.

Les agences d’interim dépendent de leurs clients, les fameux chefs d’entreprise frappés d’amnésie.

Alors tu peaufines ton CV, encore et encore, tu te fais des lettres de motivations en masse, tu prends la peine d’écrire ces lettres plutôt que de les faire par informatique pour bien-montrer-ta-motivation-t’asvu mais les réponses sont les mêmes, lorsque tu as la chance d’avoir une réponses (bastards).

Le côté fun dans tout ça? Tu prends un rythme de vacances, t’as jamais autant dormi de ta vie! Et accessoirement, t’as du temps pour toi, tes potes, de fait ta vie sociale devrait être bien plus importante qu’elle ne l’a jamais été sauf que… t’as pas un rond. Alors les potes chômeurs deviennent tes meilleurs amis, eux ils comprennent.

J’ai pendant mes quelques mois de galère pas mal vécu de hauts et de bas, de remises en question sur mes capacités. C’est d’ailleurs assez violent de voir comment une réponse négative à une candidature te pète toute la confiance que tu as en toi. Alors qu’au fond c’est stupide, être recalé ne signifie pas qu’on est un échec, juste qu’on ne correspond pas à ce que l’entreprise souhaite, ou que tout simplement une autre personne matchait plus.

Bref, j’ai toujours essayé de positiver la dessus (FAUX!) en me rappelant que finalement, c’est pas plus mal, dans le sens où je vois énormément de gens qui ne sont pas épanouis dans leur milieu professionnel, les reconversions sont risquées, mais chez certains elles sont plus que nécessaires, je dirais vitales.
Le pus réconfortant pendant cette période a été mon compagnon, entre sa confiance absolue en toi qui te donne envie de chialer d’amour et qui te fout encore plus la pression et la peur de le décevoir, tes potes qui adorent se foutre de toi « TU VIS AUX CROCHETS DE L’ETAT PARASITE DE MERDE » qui reste mieux que la compassion (sisi, celle qui te donne l’impression d’être une sous merde), tes parents qui te disent qu’ils sont trop fiers de toi et qui te rappellent qu’on vit dans une époque vraiment mouvementée, avec un taux de chômage exorbitant, te balancent des arguments qui sont pas forcément rassurants « yen a qui ont bac+12 et ils galèrent! » ou « maintenant le mieux c’est de privilégier des études courtes style bac pro ça te permet de trouver plus vite, genre plombier! Ca gagne bien et on en a toujours besoin! »

Mais bon, ils sont là, et c’est cool.

 

L’appel de l’entretien

Le premier te fout une pêche de malade. Et une pression monstre. Forcément, ça signifie que tu es considéré comme apte à occuper le poste pour lequel tu candidates, que t’as passé la première sélection, mais que tu dois encore te soumettre à un entretien et que t’as intérêt à assurer.

Tu accumules donc dans tes favoris les sites type http://www.jeveuxreussirmonentretien.com et t’apprends les 10 erreurs à ne pas commettre lors de ton entretien, tu t’inventes 3 qualités 3 défauts, tu cherches un truc intéressant à dire à la question « quels sont vos hobbies? », tu changes de tenue vestimentaire 6 fois avant de partir en te disant « CA LFAIT PAS JSUIS MOOOOCHE » et j’en passe.

Passé l’entretien, tu te bouffes les questions de tes proches sur la manière dont s’est passé l’entretien,

« il a dit quoi? »
« il souriait? »
« t’as la réponse quand? »
« t’as bien répondu aux questions? »
« tu te tenais droite hein? »

et j’en passe -___-‘

Au final, j’ai du envoyer près d’une centaine de candidatures, pour seulement une petite dizaine d’entretiens, avant d’avoir le fameux retour positif tant attendu.

J’ai eu donc l’opportunité de trouver un poste qui me convenait, mais qui à cause d’une sacrée distance géographique entre mon domicile et mon lieu de travail est devenu trop difficile à gérer. Donc le stress de repasser par l’horrible période de recherche a été intense mais court. J’ai enfin trouvé le poste qu’il me fallait, pas loin et encore plus ouf que le précédent. La vie finit par me sourire, mais elle me fait surtout comprendre qu’on finit toujours par retomber sur ses pattes, et qu’on a tous commencé en ramant, l’essentiel étant de ne pas stagner, et de persévérer.

Je vous quitte donc sur ce morceau qui peut aussi être vie comme une petite morale de l’histoire 😉

Publicités

Mesdames lâchez tout! Le sperme ne vous fera pas maigrir!

Image

J’avais râlé sur Facebook à l’époque (comme d’hab me direz vous), sur le fait qu’à partir du moment où l’on commencait une affirmation par « une étude scientifique a démontré que… » elle devenait forcément vraie. Récemment, j’ai vu fleurir sur les murs de bon nombre de mes contacts féminins des articles expliquant qu’avaler était un atout régime majeur et qu’une femme au régime qui le faisait maigrissait x fois plus vite qu’une autre. Bien sûr, les premiers diffuseurs de ces articles étaient leur moitié avec un kiki.

Partant de ce principe, j’ai voulu appliquer la théorie de l’étude scientifique sur mon cher et tendre:

« Coeuuuuur? (oui quand je parle à mon mec c’est rose) Une étude scientifique a prouvé que les femmes à qui on faisait le plus de câlins et qui avaient droit au petit dej au lit avaient une augmentation mammaire plus conséquente que les autres. Une histoire d’hormones épanouies toussa toussa c’était trop scientifique pour moi. Tu m’aides à avoir de gros boobs? »

Manque de bol, mon mec est comme Saint Thomas, donc sans réel article développant cette théorie, c’était mort. J’ai même pensé faire un hoax, rien que pour ça, histoire de l’avoir mon pti dej au lit. Bref.

Concernant cette histoire de régime par contre, un article est réellement sorti, et a été repris un peu partout, jusqu’à atterrir dans le mag Cosmopolitan.

La réalité par contre concernant ce régime miracle et gratuit est toute autre. Premièrement, Ingrid Fleischer de l’Université d’Hamburg ne se trouve en définitive que sur le site d’une fondation allemande pour l’agriculture (j’entends d’ici vos blagues salaces sur le sperme et la ferme, franchement vous êtes trop sales). En fait, les universités ont habituellement une page sur leur site qui présente leurs chercheurs, mais le nom du Dr Fleischer n’apparaît nulle part… De plus, rien de ce qui compose le sperme ne fait maigrir, pas même « l’alcaline », cette substance miracle qui vous ferait apparemment perdre du poids 2 fois plus vite! D’ailleurs, décrite comme une molécule, l’alcaline n’en est pourtant pas une, c’est plutôt un adjectif: une substance est dite «alcaline» quand elle a un pH supérieur à 7 (ce qu’est effectivement le sperme).

Par contre, sans aller bien loin dans les explications scientifiques, la mémoire de Google arrive à remonter jusqu’à février 2001 sur les rumeurs de régime spécial sperme, et les premières vraies traces de cette théorie viennent de sites type doctissimo. Epic fail.

Je comprends d’ailleurs mieux pourquoi certaines poussent le vice à manger des trucs bien gras en même temps qu’elles font une gâterie.

Image

L’histoire du tatouage traditionnel japonais

Image

Les ptits loups, on ne parle vraiment pas assez de modification corporelle ici! Donc on va s’y mettre et commencer par apprendre deux trois petites choses (sauf si vous connaissez déja tout sur tout, auquel cas n’hésitez pas à manifester vos connaissance en me laissant un joli petit mot pour compléter ou rectifier un truc!). J’avais pondu un article sur l’art Maori plus tôt, on continue à voyager cette fois ci au Japon!
ATTENTION: je parle ici de tatouage TRADITIONNEL et non pas du tatouage style japonais en général avec l’appui de pas mal de témoignages et sites sur le sujet.

Etymologie

Il existe plusieurs mots au Japon pour parler du tatouage. L’horimono est le terme qui désigne les tatouages en général. L’irezumi lui ne concerne que les tatouages traditionnels qui couvrent de larges parties du corps, tatouages intégraux inclus.
De nos jours, les tatouages ne sont pas très bien vu au Japon. Signe distinctif des yakuza ou preuve d’une liberté de mœurs mal vue, il n’en est pas moins que pour beaucoup, il est un art. Son origine remonte à loin, quand les pêcheurs se tatouaient le visage pour se protéger contre les esprits maléfiques.

Des dates

Des figurines datant de l’ère Jomon (-10 000 à -300 av. JC) portent des marques ressemblant à des tatouages sur le visage et le corps.
Par la suite, des écrits chinois du IIIe et IVe siècle parlent de pêcheurs japonais au corps entièrement tatoué.

Image

L’apparition des premiers ouvrages imprimés japonais date du VIIIe siècle. Parmi ces ouvrages figure le Kojiki, écrit en 712 qui décrit deux types de tatouages, le premier réservé aux personnes illustres et aux nobles, et le deuxième, plus dégradant, réservé aux criminels.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kojiki

D’autres écrits chinois parlent aussi de japonais tatoués dans les îles Ryukyu (îles de la partie Sud du Japon) qui tatouaient le dos de leurs mains, incluant les doigts, les poignets et les articulations. Mais le tatouage n’était pas répandu sur toutes ces îles : sur certaines, hommes et femmes étaient tatoués, sur d’autres seulement les femmes et on ne trouvait aucune trace de tatouage sur certaines îles. Ces tatouages sur les femmes étaient censé les protéger des enlèvements pratiqués par les japonais. Il est parfois utile de savoir que son ennemi n’aime pas les femmes tatouées…
Les Ainus pratiquaient aussi le tatouage (province d’Hokkaido) Ils les utilisaient comme symbole d’appartenance à un clan ou un métier. Les femmes quant à elles, avaient des tatouages à valeur rituelle : des moustaches.
Ces deux peuplades pratiquaient aussi le tatouage thérapeutique. Ils croyaient que le tatouage pouvait guérir la partie du corps tatouée.

La prohibition du tatouage

Le VIe siècle marque l’arrivée du bouddhisme et des doctrines confucéennes au Japon, deux influences qui changèrent radicalement la perception du tatouage qui pris alors une forte connotation négative.

Le premier shogun de la période Edo, Tokugawa Ieyase, a unifié le pays et installé le pouvoir à Edo (si, si, vous connaissez, c’est la ville qu’on appelle Tokyo maintenant ^^). Il a divisé la société en 4 classes : shi (les samourais), no (les paysans), ko (les artisans) et sho (les marchands). Ces rangs sont basés sur le confucianisme. Il bannit en 1614 le christianisme et appliqua la règle du confucianisme à la lettre (et ce qui suit n’est qu’une traduction approximative tirée d’une autre traduction moins approximative à mon avis certainement tirée d’une autre traduction encore moins approximative…) : « Le corps, les cheveux et la peau que nous avons reçu de notre père et de notre mère, ne pas les abîmer est le début de la piété filiale. Préserver son corps, c’est vénérer son dieu. » Ceci ne va pas sans nous rappeler les instructions des religions Abrahamiques.
Le tatouage se mit alors progressivement à marquer les peines judiciaires, et les résidents des quartiers de plaisir : les Yujo (prostituées légales) et Geisha de rang inférieur.
Ces dernières étaient adeptes de l’irebokuro (nommé ainsi à l’ère Edo), qui représente donc le tatouage des courtisans, alors que les Geisha et courtisanes de haut rang les dédaignaient en général. Ire ou ireru signifie insérer et bokuro ou hokuro signifie grain de beauté. Au début de la période Edo, le tatouage est comme un grain de beauté, ce n’est pas encore « imagé ». Un des plus anciens irebokuro répertorié est un tatouage pratiqué sur la main d’un homme et d’une femme, à l’endroit où, quand ils se tiennent la main, la base de leur pouce se touche. L’irebokuro est un souvenir pour les amoureux et un témoignage de leur amour. Certaines yujo se faisaient tatouer le nom de leur amoureux et le caractère japonais signifiant « vie ». Certains mentionnent la pratique de l’irebokuro pour les homosexuels aussi, entre les prêtres et de jeunes garçons (LOL…). Ces tatouages s’appellent alors kishobori (on pourrait traduire ça comme « un vœu sous forme de tatouage » ou encore « une promesse tatouée »). Les yujo qui se faisaient tatouer sur l’intérieur du bras, près de l’aisselle, indiquaient une affaire secrète, un amour interdit ou un désir personnel. Pour certains, le tatouage chez les yujo signifiait une promesse secrète, une preuve nuptiale, un amour éternel, pour d’autres, ce n’était qu’un moyen de garder leurs clients et d’accéder à un rang plus élevé chez les courtisans.
Garder leurs précieux clients était leur but premier et elles disposaient de plusieurs moyens pour l’atteindre :

1 – donner une lettre à son amoureux (un gage écrit)
2 – tatouer le nom de son amoureux sur le bras
3 – couper ses cheveux
4 – couper son petit doigt (et oui, ce ne sont pas les yakuza qui ont inventé cette pratique)
5 – s’arracher l’ongle d’un de ses doigts
6 – se donner un coup de poignard à l’épaule ou la cuisse

Image

Beaucoup de yujo et de geisha se tatouaient pour faire plaisir à leurs clients. Les geisha de haut rang trouvaient le tatouage inélégant et indiscret et l’évitaient, mais certains clients insistaient et il ne leur était parfois pas possible de l’éviter. Comme le tatouage pouvait être une source de problème si la geisha avait plusieurs clients, l’ôter n’était pas un obstacle. Il était cautérisé avec une mixture de moxa (herbes séchées) et du feu. Se couper un doigt, les cheveux ou s’arracher un ongle était quelque chose de trop visible, c’est pourquoi le tatouage était la méthode préférée.
Mais la forme extrême d’amour était le shinju, le double suicide (ils sont parfois extrêmes les japonais quand même). Beaucoup d’amoureux l’ont pratiqué au point que ce phénomène a atteint un pic pendant l’ère Genroku (1688-1703). Par la suite, à l’ère Tokugawa, le kishobori perdit de sa popularité.

Au XVIe siècle, pendant les guerres civiles, certains samourais se faisaient tatouer. Si jamais ils mourraient sur le champ de bataille et qu’on leur volait vêtements et armures, leurs tatouages servaient à les identifier. Mais c’est à l’ère Shogun qu’il prit définitivement une mauvaise connotation, quand les autorités japonaises se mirent à marquer les criminels en les tatouant, pour les distinguer du reste de la population.

Le tatouage pénal

Le gouvernement Tokugawa avait certains problèmes financiers. Quand Yoshimune devint le huitième shogun en 1716, il commença à réformer la politique. Une de ses plus grandes modifications fut d’imposer la « frugalité ». Et il commença lui-même par diminuer ses dépenses et ordonna à tous ses officiels de diminuer le coût de leur département. Il imposa aussi aux gens du commun de diminuer leur train de vie et de ne plus afficher le luxe.

Ce fut lui aussi qui instaura la peine officielle du tatouage en 1720 pour remplacer l’amputation du nez et des oreilles (exception faite pour les samourais qui ne subissaient pas ce genre de choses). Les voleurs et les meurtriers étaient condamnés à mort, tandis que ceux coupables d’extorsion, de fraudes et d’escroquerie étaient punis par la peine du tatouage.

Ces tatouages ressemblaient généralement à des cercles noirs autour des bras (ou encore à un kanji sur le front). Les criminels tatoués étaient mis au ban de la société, sans espoir de retour en arrière, leur ôtant toute raison de ne pas recommencer et les entraînant par la même occasion dans un cercle vicieux de crimes. Et les gens se mirent alors à considérer avec peur tous ceux qui portaient un tatouage. Les tatoués finirent par former une classe en dehors de la société , la classe eta. Les cercles noirs furent au fur et à mesure recouverts d’autres tatouages plus évolués pour les camoufler et ainsi apparurent les tatouages actuels des yakuza, magnifiques œuvres colorées qui vont souvent jusqu’à recouvrir la totalité de leur corps.

Cette peine a été interdite par la suite par le gouvernement Meiji en 1870. Ils ont même interdit le tatouage tribal des Ainus et des habitants des îles Ryukyu. Sa politique de rénovation ne faisait pas bon ménage avec la pratique féodale qu’était le tatouage. Et c’est aussi à cette époque que le Japon s’est ouvert aux occidentaux dont les marins permirent aux maîtres tatoueurs d’exporter leur art. Et pas forcément des petits marins. Des écrits disent que Hori Chyo, un maître tatoueur, a tatoué le Duc de Clarence, le Duc d’York (qui devint le roi George V) et celui qui devint par la suite le Tsar Nicholas II.

L’interdiction sera levée nationalement en 1948 (sauf pour les moins de 18 ans), mais la perception négative restera encrée dans les mentalités. Même si certaines catégories professionnelles l’utilisaient comme une marque de leur corporation.

Image
Le tatouage comme moyen de reconnaissance ?

Les pompiers d’Edo furent les premiers à adopter le tatouage comme un signe de reconnaissance de leur profession. Ces derniers affectionnaient particulièrement les dragons et créatures aquatiques susceptibles de les protéger dans leur travail dangereux. Pendant la période Tokugawa, Edo était souvent envahie par les flammes et la cité disposait donc d’un système particulièrement bien développé pour lutter contre les incendies.
A la base, les Yakuza ne comportaient pas que des hommes comme c’est le cas actuellement. Les femmes, les maîtresses et les petites amies se faisaient aussi faire des tatouages qui servaient à montrer leur affiliation et/ou leur loyauté. Mais il semble que la misogynie moderne soit plus forte et vous ne rencontrerez que très, très peu de japonaises arborant de tels tatouages.
73% des yakuza sont tatoués. Cette étape était considérée comme un test d’endurance et de courage et les tatouages qu’ils se faisaient faire étaient très codifiés. Mais les nouvelles générations de yakuza se font de plus en plus faire un tatouage de type occidental, plus rapide, moins douloureux et bien moins cher ! Certains sautent même l’étape du tatouage et d’autres se le font enlever par opération pour retourner dans la société..
Image
Le milieu de la prostitution considère le tatouage comme un élément sensuel qui augmente l’attrait des prostituées envers les clients et c’est la deuxième cause responsable de la discrimination des tatoués (pour ceux qui ont perdu le fil de l’histoire : assimilés comme étant des yakuza, ou comme ayant un lien avec la prostitution).

Mais l’influence occidentale fait que cette discrimination des tatouages se fait moins importante. Vous trouverez toutefois encore dans de nombreux bains publics une affiche interdisant l’entrée à ceux qui portent un tatouage.


La technique

A l’heure actuelle au Japon, la diffusion de la technique traditionnelle à un plus large public est toujours difficile du fait du tabou associé. Grâce à l’initiative de quelques pionniers, dont le maître Horiuno au tournant du XXè siècle, un des grands noms de l’irezumi moderne, un grand nombre d’apprentis tatoueurs a pu être formé. Et de nos jours, on peut trouver à Tokyo des conventions de tatouages et quelques tatoueurs de la nouvelle génération proposent à nouveaux des motifs traditionnels.
Le tatouage traditionnel est entièrement réalisé à la main avec de fines aiguilles, de l’encre de charbon et des pigments de couleur. L’outil est une sorte de manche en pointe, en général en métal mais autrefois en bambou, au bout duquel sont insérées ces aiguilles dont le nombre dépend de la taille du tatouage. Suivant le type de travail et la partie du corps concernée, le tatoueur peut utiliser de 5 à 36 aiguilles. L’encre utilisée est toujours la même encre noire depuis 300 ans. Par contre, les méthodes de désinfection ont considérablement évolué : à l’époque d’Edo, ils utilisaient l’alcool ; pendant l’ère Meiji, ils ont bouilli et maintenant, ils utilisent les mêmes procédés de stérilisation que dans les hôpitaux.

Cette méthode traditionnelle est réputée très douloureuse et même les yakuza se font de moins en moins tatouer. Vous en trouverez même qui n’ont qu’un tatouage qui restera inachevé à cause de la douleur. 80% des clients abandonnent le tatouage en cours de route (en ne comptant pas que les yakuza). C’est peut-être une des raisons qui fait que cette technique n’est désormais que peu utilisée par les tatoueurs, en plus du fait qu’elle nécessite des techniques et des connaissances spéciales.

Maître Horiyoshi III est une figure emblématique de l’irezumi actuel. Il est l’un de ceux qui a modernisé cet art en utilisant un dermographe électrique pour le tracé des grandes lignes et les techniques d’ombrages occidentales. Il est aussi le propriétaire du tattoo Museum de Yokohama, musée qui se veut une vitrine pour diffuser cet art.

Image
Le tatouage au Japon a donc une longue histoire qui permet de mieux comprendre pourquoi il est encore perçu négativement, même si l’influence occidentale a redoré un peu son blason. Mais son histoire permet aussi d’avoir un aperçu de la complexité de la culture japonaise : les tatoués sont des marginaux, des criminels, mais le tatouage traditionnel est un art exercé par des maîtres, un art particulièrement coûteux et douloureux.